Vos habitudes de jeu ou celles d’un membre de votre entourage vous inquiètent ?

Vous avez une question en lien avec les jeux de hasard et d’argent ?

Écrivez-nous!

*Champ obligatoire

Un intervenant spécialisé en dépendances vous répondra dans les 24 à 48 prochaines heures.

Confidentialité assurée.

Historique

Organisme relevant du ministère de la Santé et des Services sociaux, fondé en 1958 par M. Léo Lafrenière, Domrémy* Mauricie / Centre-du-Québec a d'abord été connu pour ses services de réadaptation avec hébergement localisés à Trois-Rivières secteur Pointe-du-Lac pour les adultes aux prises avec des problèmes de consommation d'alcool ou autres drogues.

Tenant compte de l'évolution des problématiques et des connaissances les premiers Centres de services axés sur des interventions en externes ont été développés en 1978 à Trois-Rivières et Victoriaville. Ont ensuite vu le jour les Centres de Services de Shawinigan (1989), Drummondville (1992), St-Tite (1994), La Tuque (1996), Bécancour (1997), Louiseville (1997), Nicolet (1997), Ste-Geneviève-de-Batiscan (1997) et Plessisville (2000).

Depuis 1992, les jeunes de moins de 18 ans ont accès à des services adaptés à leur situation. Domrémy MCQ a également collaboré activement à l'implantation d'un Centre Jean Lapointe (maintenant appelé Le Grand Chemin) pour adolescents à St-Célestin en octobre 2000 afin de permettre aux jeunes dont la situation nécessite un retrait de leur milieu, de bénéficier de service avec hébergement.

À la suite de constatations concernant l'augmentation de la problématique du jeu pathologique, le Centre s'est vu confier, au début de 2001, le nouveau mandat de traitement des personnes aux prises avec ces difficultés.

Depuis l'an 2000 la population de la Mauricie et du Centre-du-Québec a donc accès à un Centre de services avec hébergement pour adultes localisé à Pointe-du-Lac ainsi que 11 Centres de services externes.

* Le nom de Domrémy réfère à un village français qui est le lieu de naissance de Sainte-Jeanne d'Arc. Au cours des années 50, la dimension religieuse était très présente dans la lutte à l'alcoolisme avec des groupes prônant l'abstinence.